31eMDS 2016 FR bande-course

logo-holmarcom-new logo-spot SIDI ALI 1 logo-waa logo-utwt

Dernière minute

Le photo reportage de votre aventure disponible ici et maintenant !

Renards du désert

Gagner le Marathon des Sables exige d’énormes qualités athlétiques, mais aussi des qualités physiques propres aux habitants du désert. Nulle surprise que les Marocains trustent les premières places d’une telle épreuve.

VC-01-1-425-bassedefAvec 21 victoires sur 31 éditions (chez les hommes), les Marocains sont les maîtres incontestés du MARATHON DES SABLES. Parfaitement adapté à l’air brûlant, poussiéreux et sec du désert, leur corps fonctionne mieux que celui des coureurs européens. Pour mettre ceci en évidence, une expérience scientifique a été réalisée en 2010 pour comparer la sudation de James CRACKNELL (GBR), 1 m 93 et 93 kg, qui a terminé 12e de cette édition, et le vainqueur de l’édition précédente Mohamad AHANSAL. Résultat : sur 30 mn de course sur tapis roulant dans des conditions de température et d’hygrométrie similaires à celles du MDS, le Marocain transpirait sept fois moins que l’Anglais.

Autre déterminant de la performance sur le MDS : la capacité à « lire le sable ». Il suffit de traverser un seul cordon dunaire en trottinant pour se rendre compte que le sable est plus ou moins porteur selon un tas de paramètres complexes (orientation, exposition au vent, inclinaison de la pente…). Les Marocains, habitués depuis toujours à courir dans le désert, savent parfaitement trouver l’itinéraire le plus porteur, et donc le plus rapide et économique d’un point de vue énergétique. Autant de temps et d’énergie gagnés sur les autres.

Malgré tout ceci, on se rend difficilement compte de ce que représente la performance de ces coureurs du désert : après tout, ils ne courent « qu’à » 12 km/h de moyenne sur les étapes d’une distance équivalente au marathon, ce qui peut sembler ridicule par rapport à la vitesse des marathoniens. Et pourtant, lorsque l’on observe les performances de la tête de course du MARATHON DES SABLES, on s’aperçoit que ces coureurs n’ont pas à pâlir. Abdelkader EL MOUAZIZ (D004-MAR), deuxième cette année, a ainsi remporté deux fois le marathon de Londres et une fois celui de New-York (record à 2 h 06 mn 46 s ). Certes ces performances ne datent pas d’hier, mais ça pose le bonhomme. De même pour Jose Manuel (Chema) MARTINEZ (D447-ESP), troisième cette année, champion d’Europe du 10 000 mètres en 2002, et plus récemment médaille d’argent sur marathon aux championnats d’Europe de 2010 à Barcelone. Dernier exemple pour la route, Natalia SEDYKH (D662-RUS), victorieuse cette année, avec des records de 33 mn 54 s sur 10 000 mètres, ou 2 h 46 mn 56 s sur marathon. Et pourtant elle termine le MARATHON DES SABLES à moins de 10 km/h de moyenne…

Palmarès du MARATHON DES SABLES (31 éditions)

Pays Victoires hommes Victoires femmes
MAROC 21 2
FRANCE 6 14
RUSSIE 3 3
ETATS-UNIS    3
ITALIE    3
LUXEMBOURG   3
ALLEMAGNE   1
ESPAGNE   1
JORDANIE 1  
SUÈDE   1