31eMDS 2016 FR bande-course

logo-holmarcom-new logo-spot SIDI ALI 1 logo-waa logo-utwt

Dernière minute

Le photo reportage de votre aventure disponible ici et maintenant !

Bronzette extrême

Si le MARATHON DES SABLES représente un défi sportif de taille – courir 257 km en 7 jours – cette épreuve est avant tout une épreuve de survie. Le soleil, tellement recherché pour les vacances, est dans le Sahara un adversaire redoutable.

VC-01-1-190-bassedefLa chaleur est l’ennemi numéro 1 du coureur sur le MARATHON DES SABLES : en milieu de journée elle peut flirter avec les 40°C. À partir de 25°C, les vaisseaux sanguins périphériques se dilatent, donnant sa couleur rouge à la peau ; en parallèle, les pores de la peau se dilatent également, et la sudation démarre. Ces deux mécanismes permettent de maintenir la température du corps à 37°C. Au-delà de 37,5°C, le corps ne fonctionne plus de manière normale. À partir de 41°C, il y a risque de mort. L’augmentation du débit sanguin cutané peut passer de 5% du débit cardiaque total à 25%. De même, la sudation peut passer de 64% de l’eau éliminée par jour, à près de 82%. Les conséquences : moins de sang et moins d’eau disponibles pour les muscles et les organes.

En moyenne, un coureur ingurgite 12 litres d’eau par jour, et jusqu’à 22 litres sur la longue étape (plus de 80 km). L’organisation fournit l’eau et des pastilles de sel, distribution répartie sur la journée et rationnée. La complémentation en sodium s’avère indispensable pour pallier les pertes dues à la transpiration. Sans cela, les crampes, l’épuisement et le coup de chaleur menacent les coureurs. Pour une perte d’eau de 4 %, les performances physiques et mentales chutent de 40 %.

Dans les situations de déshydratation, l’équipe médicale des Doctrotter intervient rapidement, donne de l’eau additionnée de sels minéraux et parfois pose une perfusion. Le danger est l’hyperthermie maligne d’effort qui survient lors d’un effort de longue durée (marathon, trail, raid mais aussi en pratiquant des sports utilisant des combinaisons de protection chaudes : moto, rallye, auto), dans des conditions de chaleur importantes. La température corporelle s’élève jusqu’à 42°C, la peau est brûlante mais le sportif ne transpire pas. Le pouls s’accélère puis c’est le malaise : nausées, vomissements, perte de connaissance, convulsions, coma, voire arrêt cardiaque.

Mais heureusement, les Doctrotters veillent : Doctrotter est une société d’assistance médicale créée en 1996 et qui intervient sur de grands évènements sportifs en milieux extrêmes et des émissions TV (Raid gauloises, Pékin Express, etc.). Doctrotter assure l’assistance du MARATHON DES SABLES depuis 1997. Et ça marche plutôt bien, même si parfois quelques concurrents mettent le clignotant avant l’arrivée (une vingtaine de mises hors course hier soir)…

VC-01-1-198-bassedefVC-01-1-202-bassedef